Accèder directement au contenu

Les télomères, biomarqueurs !

Les signaux d’alerte précoce des extinctions catastrophiques sont devenus récemment un paramètre crucial à déterminer afin d’anticiper les trajectoires des populations. L’utilisation des réponses fonctionnelles des espèces aux changements environnementaux pour préciser ces signaux d’alerte demeure encore largement inexploitée. Nous proposons dans cette étude que la longueur des télomères, séquences d’ADN non codantes et protectrices des chromosomes, représente un outil moléculaire prometteur pour alerter sur le déclin précoce de la population. En effet, la réduction de taille des télomères est fréquemment associée aux processus de vieillissement et peut être accélérée par une exposition chronique à des facteurs de stress environnementaux. Afin de tester cette proposition, nous avons mesuré les télomères de lézards vivipares (Zootoca vivipara) du même âge moyen dans 10 populations naturelles le long d’un gradient de risque d’extinction lié aux changements climatiques. De manière remarquable, nous avons trouvé des télomères extrêmement courts dans les populations en voie d’extinction par rapport aux populations non menacées. Les résultats de cette étude identifient donc les télomères comme un biomarqueur extrêmement prometteur et un mécanisme probable du risque d’extinction des populations en milieu naturel.

Référence : Shorter telomeres precede population extinction in wild lizard