headbg4.jpg

Investissements d'avenir

logo ENS CNRS

Une réflexion théorique concrétisée en 1998 par un article de Michel Loreau dans « Bio », le journal du Département des Sciences de la Vie du CNRS, lance l’idée d’instruments dédiés à l’étude expérimentale des écosystèmes et fixe quelques objectifs clés, tels que comprendre l’impact des actions de l’homme et des changements globaux sur le fonctionnement des écosystèmes, maîtriser les stocks et les flux de nutriments et doter la région Île-de-France d’un pôle d’expérimentation performant  en écologie et en environnement.

Le concept de l'Ecolab s'est alors développé en réponse aux spécifications des objectifs scientifiques formulés par le CNRS en 2005 tout en prenant en compte les spécificités scientifiques des laboratoires partenaires de la Région et le développement en parallèle de l'Ecotron Européen de Montpellier.

Caractéristiques générales de l'ECOLAB

L’Ecotron IleDeFrance a été conçu afin de manipuler dans des conditions de confinement et de contrôle environnemental performantes et inégalées des mésocosmes comprenant des écosystèmes aquatiques ou terrestres. Il se caractérise par:

  • une structure modulaire et mobile composée de 3 cellules environnementales couplées à un espace de laboratoire;
  • une échelle d’étude écologique qui est celle du microcosme au mésocosme (1-2 m3) permettant l’étude de communautés naturelles ou artificielles, terrestres ou aquatiques, en interaction avec les différentes composantes de l’atmosphère et de la géosphère;
  • un haut niveau de réplication exigé (18 cellules à terme);
  • un contrôle extrêmement fin et une capacité de modulation rapide dans une large gamme de valeurs de la température, de l’humidité, de la lumière, de la pluviosité ou de la composition gazeuse atmosphérique permettant de reconstituer des conditions réalistes pour les écosystèmes continentaux mais aussi des valeurs extrêmes et des changements brutaux;
  • un potentiel riche d’instrumentation selon les besoins de l’expérimentation pour des mesures de flux de matière et d’énergie, l’étude de la biologie des organismes ou des communautés, ou le suivi de la composition atmosphérique;

Les informations techniques et des résultats complémentaires issus du travail de prototypage sont rassemblées dans une publication récente accessible en ligne du journal Environmental Science and Technology. Des informations techniques détaillées pour les utilisateurs sont disponibles sur le site web du CNRS dédié aux Ecotrons.